Défis urbains - Faire de l’espace public une destination pour tous - Parc de Belval :

Comment bien vivre, ensemble, dans l’espace public ? La question...

Place de la comédie, Montpellier :

Révéler le coeur de la métropole est l’enjeu de notre...

Projet Paysage(s) - Réparons le vivant :

Publiée dans la nouvelle revue PROJET PAYSAGE(S) des éditions de...

TER

Une identité collective
L’agence TER, créée en 1986 par Henri Bava, Michel Hössler, Olivier Philippe, porte une identité collective. Dans l'exercice de notre métier, le « nous » est un principe de projet, un exercice démocratique qui s’adresse au vivant. Au cœur de la philosophie d’agence, le collectif est un tropisme précieux qui valorise l'humain, la pluralité des regards, des expériences, la polyphonie des sociétés.

Un urbanisme engagé dans les luttes climatiques
Nos projets composent avec les eaux de pluie et les crues, que nous faisons exister en de véritables paysages sensibles et mouvants. Des racines à la cime des arbres, chaque échelle du projet contribue à rafraîchir la ville, à décarboner l’atmosphère, à faire respirer les écosystèmes.  

Des paysages de Sols Vivants
Nous travaillons à réparer les sols fragilisés par des siècles d’urbanisation, à faire abonder le végétal et restaurer l’impérieuse diversité des habitats naturels végétaux et animaux, car elle fait la beauté de notre monde.
Dans ces lieux de projet où se cultivent nos liens, une place est à trouver pour le «non-humain». Nous défendons ces lieux « refuges » consacrés à l’épanouissement de la faune, de la flore, des champignons et cette mystérieuse conversation qu’ils tiennent ensemble.

Une révolution sensible
Ces sols libres sont aussi vivants par les usages. Dans ces lieux que nous dessinons, nous regardons l’importance d’un espace public explorant de nouvelles expériences sensibles et collectives, permettant le libre cours de notre vie citoyenne, où la démocratie habite et par lesquels elle se maintient.

TER

A collective identity
Agence Ter, created in 1986 through the three voices of Michel Hössler, Olivier Philippe, and Henri Bava, is a collective identity. In the exercise of our profession, this “We”, where neither ego nor grand gesture can reign, is a precious tropism that values the other, and the plurality of regards, experiences, existences. Our way of practicing urban design integrates with sincerity this movement, this polyphony of societies, of natural cycles, of seasons.

For urban design committed to climate struggles
Since our beginnings, projects have been composed with rainwater and floods, which we make apparent in living, evocative and changing landscapes. From the roots of trees to the furthest branch, from the living soils to the great green canopy, each element in the project, through all scales must contribute to cooling the city, decarbonizing the atmosphere, and allo-wing our ecosystems to breathe.

An Urbanism of Ecosystems and Living Soils
We work to repair the soils that have been damaged by centuries of urbanisation, but whose condition is essential to the functioning of the chain of life. We aim to bring to the city an abundance of vegetation in all forms and strata, to restore the imperious diversity of living environments and natural habitats, flora and fauna, which create the beauty of our world.

A sensitive revolution
The landscapes we inhabit, urban, agricultural, forested, riverine...are not inanimate decora-tions but real environments, which react as much to multi-secular geological bases as to atmos-pheric oscillations, to our socio-cultural perceptions and our subjective gazes. In our project sites a place must be found for the “non-human”; inter-human and inter-species links are culti-vated. For many years we have defended these "refuges", dedicated to the thriving of fauna, flora, soils, fungi and all these mysterious conversations that they hold together, beyond our reach. They are not voters, but they are our interlocutors.