LIBOURNE / Quais de la confluence

LIBOURNE / Quais de la confluence

Les quais de la ville de Libourne, historiquement conçus comme un espace fonctionnel pour le commerce du vin, étaient devenus un vaste espace de stationnement. L’Agence Ter a gagné le concours lancé par la Maire en 2015 pour réaménager les quais sous le thème de la confluence ville – nature.
En chantier depuis 2016, l’Agence Ter accompagne la ville dans la démarche de valorisation du patrimoine architectural et fluvial. Le projet d’aménagement des quais en cours de finition, développe les mobilités douces pour une pacification des quais par la création d’une grande promenade qui relie le fleuve à la ville par la stimulation des usages et activités et dans l’affermissement de la dynamique portuaire et touristique. On peut déjà observer le métabolisme ville nature sur la place de la confluence et l’esplanade de la République, ou la mutation de parc de stationnement en lieu de vie ont changé le quotidien des citoyens avec des usages et rassemblements en bord de rive. En accompagnement de cette promenade, un long trottoir planté invite les promeneurs à marcher jusqu’au pont de Fronsac, point de départ d’une nouvelle tranche qui sera aménagée en 2020. Les axes du projet sont déjà visibles : clarification des parcours par la continuité du sol, ouverture visuelle vers l’eau, ouverture des quais aux pratiques urbaines (sports, plaisance, croisière, plage verte, festivités…) et amplification des berges naturelles par des jardins humides. Le projet de restauration des berges respecte le cycle naturel de l’eau par un travail de micro-topographie et la mise en place d’une végétation diversifiée avec des dégrées de gestion différenciée : jardins humides, alignement sous des bandes prairiales sèches, pelouses non fréquentées, pelouses fréquentées avec irrigation, etc…Ce projet propose à la fois une nouvelle urbanité sur les berges de Libourne avec des espaces publics hospitaliers et à la fois une place pour une nouvelle nature urbaine liée à l’eau permettant la coexistence entre inondabilité et usages.

BRUXELLES / Metropolitan Landscapes – La Vallée du Molenbeek

BRUXELLES / Metropolitan Landscapes - La Vallée du Molenbeek

La Vallée du Molenbeek et son paysage historique, riche en milieux naturels et activités, elle montre les atouts et défis de la position du paysage et de l’espace ouvert périphérique pour le développement métropolitain de Bruxelles. Avec une position entre deux régions (Flandre et la Région Capitale bruxelloise), la vallée est aujourd’hui caractérisée par une rupture administrative et politique en plus du grand contraste ville-campagne. Par conséquent, la Vallée du Molenbeek est un territoire charnière, offrant beaucoup de potentiel pour devenir un instigateur pour le développement de la périphérie bruxelloise de demain.

Dans cette recherche par le projet, le tissu urbain est pensé et formé à travers les structures paysagères, notamment en coupe. La stratégie de développement de la Vallée est basée sur les caractéristiques topographiques du site, ce qui amène à une définition de diverses morpho-typologies de l’espace ouvert (fonctionnels ainsi que spatiales), dépendant de la hauteur dans la structure de la vallée : hilltop, cascade, low valley. Ces trois catégories représentent des positions pour des landmarks (métropolitains), pour une confrontation intense avec le tissu urbain ou pour un corridor naturel.

La vision générale pour la Vallée est basée sur l’idée d’un parc productif pour Bruxelles Ouest, qui évoque un mindshift dans la métropole en permettant la problématique de la durabilité alimentaire d’être visible pour tous. Le parc introduira des circuits courts, et combinera des espaces écologiques, productifs et publics en une seule structure paysagère péri-urbaine cohérente. La relation avec le tissu entourant est essentielle dans ce sens. Diverses projets pilotes ont été définis pour les différentes séquences du parc (rurale, charnière, urbaine).

Le paysage métropolitain de la Vallée du Molenbeek fonctionnera donc autant comme charnière que comme levier pour le développement de la périphérie nord-ouest de Bruxelles.

STRASBOURG / Territoire deux Rives

STRASBOURG / Territoire deux Rives

Le projet des Deux-Rives est l’aboutissement d’une politique ambitieuse de Strasbourg de reconquête des espaces du port. Initié à partir des secteurs Heyritz, Malraux et Danube, cette dynamique est amplifiée par le prolongement de la ligne D du tramway jusqu’à Kehl. Façade de la ville sur l’eau et nouvelle porte de la métropole sur le Rhin, Strasbourg entame ici un projet d’une dimension exceptionnelle.

Le projet se développe autour de trois axes structurants.

Il s’agit tout d’abord d’installer les conditions de coexistence de la ville et du port. L’émergence de cette ville hybride où logements et activités ne s’excluent pas passe par l’intégration urbaine des infrastructures, le traitement des interfaces par le végétal et la programmation des espaces de rez-de-chaussée.

Le projet s’attache ensuite à développer une stratégie urbaine fondée sur le socle paysager préexistant. Le territoire du Rhin est structuré par l’eau déclinée sous toutes ses formes. Un ensemble de canaux, de darses et de bassins orientent l’urbanisation. Les espaces publics se déploient autour des rives confortées dans leur rôle de connecteurs urbains structurants. Ces rives sont l’occasion d’installer un maillage végétal continu à l’échelle de la métropole et  d’assurer le déploiement d’un réseau de mobilité douce ambitieux.

Enfin, le projet de la ZAC Deux-Rives témoigne d’un nouveau mode d’habiter et de pratiquer l’espace public. Une large place est laissée à l’appropriation des espaces libres, la pratique sportive est encouragée par les équipements à disposition. Au-delà, c’est l’émergence d’un nouveau type d’espace public, à la fois sauvage, extensif, et dédié au fleuve qui est ici expérimenté au bénéfice des habitants.

WUHAN / Jardin

WUHAN / Jardin

Les symboliques de la culture chinoise et française se rencontrent pour créer un jardin contemporain en creux, un espace qui autorise la double expérience de la compréhension intellectuelle et culturelle tout en stimulant les sens et les émotions.

Le cœur du jardin est encaissé entre trois et quatre mètres de profondeur pour symboliser la recherche d’eau pure dans les entrailles de la terre. Les murs de gabions, liés par des briques grises en couche évoquent la stratification géologique. Cette action d’excavation, de descendre dans le sol génère aussi une verticalité tel que le lien entre la terre et le ciel encadré de l’intérieur. Le jardin, loin du bruit de fond de la ville, fermé mais calme, comme les traditionnelles cours de jardin chinois, avec l’ombre des murs et des plantations, crée un microclimat très agréable pour les étés arides de Wuhan.

Le mur de bambous translucides, puis les denses plantations de bambous créent un lieu où se balancent les ombres, un endroit labyrinthique sillonné par des sentiers de métal et de pierre en « pas japonais » qui invitent à la lenteur. Trois différents « puits de lumière » mettent en scène l’eau sous diverses formes : statiques et dynamiques. Structures tissées de bambou, ils renforcent le lien entre le ciel et la terre.

La faible lumière, le bambou et l’eau se combinent pour créer une atmosphère particulière dans le jardin en contrebas.

BEGLES / Route de Toulouse

BEGLES / Route de Toulouse

Le projet dédouble l’axe urbain de la Route de Toulouse par une avenue dédiée au tram, piéton et cycliste dans un cadre de parc linéaire conduisant au « delta vert ».

L’espace de l’Avenue Promenade (anciennement appelé contre-allée) sera un espace urbain et central en lien avec les polarités nord sud d’un caractère apaisé. Les aménagements de cette Avenue Promenade seront traités en continuité des  aménagements paysagers du parc de Mussonville et mettront à disposition des espaces naturels en cœur de quartier.

Les emprises des aménagements de la ZAC de la Route de Toulouse s’étalent sur une  longueur de 670m de nord au sud avec une épaisseur entre 150m et 6.5m. Le projet urbain de la ZAC de la Route de Toulouse maintien le principe de 3 séquences. Les différentes orientations stratégiques proposées dans le projet, ont pour ambition de contextualiser plus intensément la route de Toulouse. Cette contextualisation s’appuie sur les structures majeures du paysage du nord au sud, d’une part, et d’autre part sur les différents modes d’occupations actuelles du parcellaire. Les deux polarités majeures : le mail Terre Sud et la Place Aristide Briand sont traitées comme des espaces publics majeurs à forte fréquence. Ces espaces auront un traitement de type «aire piétonne » pour assurer la continuité des sols et la configuration spatiale d’un espace identitaire.

CAMPINAS / Glebe Sede Bradina Farm

CAMPINAS / Glebe Sede Brandina farm project