MONTREUIL / Piscine écologique

MONTREUIL / Piscine écologique

A la manière d’un « hâble » ou havre, formation paysagère issue de l’érosion des falaises, les actions du temps et des intempéries sur les murs à pêches semblent avoir générées la formation d’étendues semblables à des cordons dunaires.

Inscrites dans la géométrie des murs à pêches, ces émergences minérales s’avancent dans des milieux humides variés qui présentent différentes profondeurs et natures d’eau. Nous distinguons les plages, les prairies et les îles minérales, selon les différents usages.

Au cœur du site, la plus grande profondeur nous offre un bassin ludique de baignade. Celui-ci est bordé par des surfaces à fleur d’eau, les noues humides permettant le développement d’une flore aquatique et hélophyte aux propriétés filtrantes.

Les prairies qui se développent sur les formations hors d’eau constituent des espaces de détentes où les visiteurs s’étendent et pratiquent des activités de plein air. En périphérie de ces espaces, des noues fraîches développent leur écosystème propre permettant la transition et la protection des noues humides.

KARLSRUHE / Boulingrin de la Cour suprême fédérale

KARLSRUHE / Boulingrin de la Cour suprême fédérale

Tenant compte des strates historiques et des qualités existantes de l´espace, le projet prévoit un aménagement cohérent du Boulingrin qui s´inscrit dans la logique du jardin. L´esthétique de l´aménagement est claire et réduite, ce qui correspond à l´usage et à l´image représentative du tribunal. En complétant chemins et escalier manquants, le boulingrin est remis en valeur. Il devient l´élément central de l´ensemble qui le relie et le rend désormais accessible pour les visiteurs.
Partant du portail d´entrée, un chemin nouvellement aménagé mène au boulingrin, passe autour de la fontaine et remonte par un escalier en marches compactes vers le palais. Une bande fine de gazon s´étale dans l´axe principal et accompagne la vue vers la sculpture de la fontaine. Le long des talus latéraux, des chemins étroits complètent l´ensemble.
Des candelabres neufs ponctuent l´arrivée des voitures sur les lieux et intègrent en même temps l´éclairage des façades du palais. Une rangée de tilleuls prolonge visuellement l´axe de l´Amalienstraße et sépare également les zones automobiles et piétonnes.

ARGENTEUIL / Plaine agricole

ARGENTEUIL / Plaine agricole

La plaine d’Argenteuil, ce sont 120 hectares d’espaces naturels situés au pied des Buttes-du-Parisis, en plein cœur de la ville dense. C’est aujourd’hui un espace morcelé et soumis à de fortes pressions inhérentes à la proximité de la ville (occupation illégale, usages détournés, pression foncière, etc). Elle doit être recomposée pour former une entité globale et pouvoir constituer un espace paysager ouvert inédit dans le paysage de la proche couronne parisienne.

La réalisation de cette étude a eu pour objectif la mise en place d’un schéma stratégique et d’aménagement agricole et paysager.
A l’échelle de la boucle d’Argenteuil, des buttes du Parisis ou encore de la ville, il parait évident que la Plaine offre de multiples possibilités de valorisation du point de vue économique, agricole, paysager, patrimonial, culturel et social.
Constituée de différentes entités distinctes et d’interfaces multiples, la plaine est un objet complexe dont il faut inventer les contours. Il nous est ainsi apparu indispensable de nous appuyer sur les traces encore existantes (anciennes familles d’agriculteurs argenteuillais, parcellaire, réseau viaire, arbres, etc) pour réinventer ce paysage et proposer une recomposition de l’espace de la Plaine à partir de l’existant et selon une logique d’opportunités au fur et à mesure de la libération des parcelles.

Dans un contexte foncier complexe et avec une situation économique tendue, l’Agence Ter et son groupement ont donc travaillé sur un scénario d’aménagement consistant à amorcer une économie agricole viable sur la plaine grâce à différents scénarios tout en sécurisant progressivement le foncier et en activant au fur et à mesure des lieux fédérateurs ouverts au public argenteuillais et franciliens.
L’objectif de ce schéma étant, in fine, de parvenir à trouver pour la plaine d’Argenteuil un équilibre entre une vocation récréative, économique et naturelle et lui donner un véritable statut d’espace agricole urbain.

RABAT / Domaine de Dar Essalam

RABAT / Domaine de Dar Essalam

Le parti d’aménagement des espaces publics du domaine est de valoriser et de pérenniser un savoir-faire agricole, en maintenant au centre du parc environ 4 hectares de vergers exploités. Les principes d’aménagements du reste du jardin s’appuient sur la volonté de préservation du paysage existant : conservation des alignements de brise-vent et, dans la mesure du possible, des arbres des vergers existants (mandariniers, avocatiers). En complément de ce dispositif, de nouveaux milieux et de nouveaux usages viennent enrichir les thématiques et les ambiances du jardin en créant une plus grande biodiversité.
Un boisement composé d’arbres de hauts jets en bordure de la route digue constitue la strate haute du paysage, une canopée visible de loin qui crée un nouvel horizon et une nouvelle profondeur dans le parc. La diversité des essences plantées permet de créer des ambiances riches et singulières. Une lisière constitue un ourlet végétal qui entoure le parc et met à distance les façades des bâtiments alentours. Cette lisière arborée et arbustive – state intermédiaire du paysage- constitue un milieu frais et ombragé qui accueille le parcours de footing et ses étapes sportives ainsi qu’une noue plantée pour la récupération des eaux de ruissellement.
Un deck, promenade surélevée traverse les vergers permettant au promeneur d’apprécier le savoir-faire traditionnel, tandis qu’un ruban coloré borde les promenades et les cheminements piétons à travers le jardin.
Autant d’ambiances et de paysages qui puisent dans le passé les sensations et les usages à venir.

SAINT-OUEN / Parc de la ZAC des Docks

SAINT-OUEN / Parc de la ZAC des Docks

Le Parc des Docks a été imaginé comme un ensemble fait de creux et de pleins, dans lequel deux types de lieux se dessinent selon leur usage et leur fréquentation : des lieux naturels et des lieux jardinés. C’est un parc qui offre au travers de la dimension de ses espaces et de ses ambiances : ombre, lumière, clos, ouvert, calme, animé, des lieux aux convivialités différentes et aux usages variés, des surfaces à la fois de liberté et de calme. Liberté par la non privatisation, par la multifonctionnalité et la force d’accueil des espaces. Calme par la simplicité des formes et des espaces qui n’apportent pas de surenchère formelle ni de fragmentation spatiale. Ces espaces sont également enrichis de vues, d’orientation et de cadrages soit sur le paysage lointain, soit sur la ville et enfin soit sur les lieux du parc.
Le projet prévoit d’importantes surfaces et de noues, recueillant les eaux des orages, le ruissellement des voiries et des toitures et la zone d’expansion des inondations alimentée par les crues de la Seine. C’est un immense réservoir pour l’arrosage qui après filtration rend l’eau apte à son utilisation. Les bassins et les jardins filtrants sont, avec la noue sauvage, les lieux les plus accueillants pour la faune et constituent de magnifiques lieux d’observations de celle-ci.

HO-CHI-MINH-CITY / Université Germano-Vietnamienne

HO-CHI-MINH-CITY / Université Germano-Vietnamienne

Le concept urbain propose un quartier dense et compact aux limites bien définies. Intégré dans une « forêt », le campus s´intègre bien aux alentours. Le quartier est structuré par des bandes d´immeubles et de rues ainsi que des joints verts. Cette structure en forme de grille est superposé à un boulevard en diagonal qui relie l´entrée principale et le centre du campus. En plus de la Plaza centrale, plusieurs places offrent des lieux conviviaux pour la vie étudiante.

Les berges du fleuve constituent une bande d´espaces verts et publics qui est l´artère principale de « l´infrastructure douce » du campus: on y trouve des chemins piétons, des pistes cyclables ainsi que des zones de rétention naturelles.

L´idée de l´aménagement paysager s´est inspirée des éléments typiques du paysage tout en les adaptant aux besoins d´un campus contemporain. Ainsi on retrouve des « images » typiques du paysage local comme la forêt vietnamienne, les rizières en terrasse ou la relation entre chemin piéton, pierre et eau.

GLASGOW / Réaménagement de George Square

GLASGOW / Réaménagement de George Square

L’objectif de ce concours international était de créer une place exceptionnelle à partir du parvis de l’imposante City Chambers de Glasgow caractérisé par une importante collection de statues, cette place n’est pas un lieu de vie. L’Agence Ter revisite ce lieu central en affirmant l’importance civique de la place : l’ensemble de l’espace reste ouvert et offre une grande modularité. La pierre, matériau durable et symbolique est déployée devant City Chambers pour offrir de subtiles variations de surface, refléter les ciels changeants et réagir différemment à la pluie fréquente, au sud une galerie de statues redonne aux statues leur prestance, au nord, en balcon, une bande généreuse d’arbres au feuillage léger ponctuée de bancs, de jeux et l’éclairage encouragent les passants à faire une pause et profiter du soleil. Un miroir réfléchissant d’eau rétractable multiplie la lumière et reflète le patrimoine architectural de la place tout en offrant un terrain de jeux et de détente à tout âge.

PARIS / Porte Pouchet

PARIS / Porte Pouchet

Le site de la future place Pouchet constituait jusqu’à présent une coupure urbaine entre Paris et les communes limitrophes de Clichy et Saint Ouen. Marqué par la présence de l’infrastructure du périphérique, ce site est à l´heure actuelle un espace encombré et opaque, une frontière pour le piéton. La relocalisation des services actuellement situés sous l’infrastructure va libérer un espace d’environ 2ha, ce qui représente une vraie opportunité pour opérer une couture urbaine. L’aménagement proposé a pour objectif de transformer le nouveau vide urbain en un espace public emblématique aux usages divers (détente, jeux, évènementiel,…). Deux principes fondamentaux sont retenus:
– Offrir un espace traversant et perméable de part et d’autre du périphérique.
– Transformer le dessous de l’ouvrage d’art en un lieu attractif et étonnant.
Ainsi, la future place Pouchet est conçue comme une seule et unique étendue, mais
avec trois espaces différenciés : LA GALERIE OUVERTE, LE JARDIN SUD et LE JARDIN NORD

RENNES / Euro Rennes

RENNES / Euro Rennes

Séparée par les voies ferrées et par un dénivelé important, Rennes Métropole a lancé un concours pour créer une continuité entre les parties nord et sud de la ville. Le parti pris de l’équipe est de ne pas considérer cette gare comme un simple lieu fonctionnel mais comme un espace public: la gare devient un support fédérateur des deux rives.
La greffe urbaine se fait par un bâtiment-pont support d’un véritable paysage construit dont la thématique paysagère évoque la lande.

SAINT-GERMAIN-EN-LAYE / La Lisière Pereire

SAINT-GERMAIN-EN-LAYE / La Lisière Pereire

La Lisière Pereire de Saint-Germain-en-Laye juit d’un emplacement stratégique exceptionnel, d’une part par sa position en entrée de ville et d’autre part, par son contact direct avec la forêt. Un premier parti pris a été de promouvoir l’imbrication des différents usages et des fonctions dans un seul et même espace cohérent. La lisière Pereire devient une zone hybride, mêlant à la fois logement et activités, vie collective et intimité, ville et nature. Parallèlement, la volonté première a été de rendre la forêt aux habitants. Il a été nécessaire de déployer et d’enrichir le vocabulaire paysager du lieu et de l’adapter au contexte urbain. Les déclinaisons naturelles de la forêt (lisière, clairière…), les matières et particularités du site ainsi que les figures emblématiques de la ville (la Terrasse de Lenôtre…) sont autant d’éléments qui ont développé le projet urbain. De nouveaux espaces, de nouveaux paysages sont crées tout en restant très proche d’un contexte.