KARLSRUHE / Cour intérieure de la banque de crédit

KARLSRUHE / Cour intérieure de la banque de crédit

Le bâtiment de la Banque du Bade-Wurtemberg se situe juste en face de la place du château. Les façades donnant sur la cour intérieure carrée donnent le cadre pour un ensemble de parterres ovales dont les différentes tailles et formes composent un ensemble agité qui constitue le centre vivant de l´immeuble.
L´arrangement des parterres ressemble à un tableau soigneusement composé dont l´effet bidimensionnel augmente quand on monte les étages. La dense plantation des azalées souligne cet effet. Comme des îles, les parterres sont légèrement surélevés par rapport au sol. Ce dernier est couvert de graviers au liant polymère de la même couleur que la façade. La transition entre sol et façade est ainsi à peine perceptible, ce qui renforce encore l´effet d´ île.
Ce sont les parterres qui constituent la scène pour des plantations qui changent naturellement au cours de l´année: du printemps jusqu´à la fin de l´été, ils sont recouverts de fleurs blanches. Pour souligner le caractère homogène, chaque parterre ne comporte qu´une seule sorte d´azalées ce qui garantit en même temps différentes phases de floraison. En tout, il y a trois phases de floraison qui se succèdent. En hiver, le feuillage persistant est garant d´un élément vert.
Le tableau tracé par les parterres est souligné par des bordures en Corian®. L´allure de ce matériau, dure et rigide dans la journée, change au crépuscule et dans la nuit pour devenir translucide grâce à une illumination LED.

DUISBOURG / Place König-Heinrich

DUISBOURG / Place König-Heinrich

Au cœur de Duisbourg, cité post-industrielle de la Ruhr en Allemagne, la place Konig-Heinrich offrait un espace ambivalent, hésitant entre « Grand-Place du centre-ville » et « petit parc tranquille ». Lors de la construction d’une série de nouveaux équipements, comme la salle des congrès, le casino et un centre commercial, la ville prévoit l’aménagement de ce lieu pour le rendre plus urbain et représentatif. Lauréats du concours, les paysagistes de l’agence Ter s’inspirent de l’aspect verdoyant du lieu. Ils considèrent qu’une grande étendue de pelouses n’est pas contradictoire avec le fait de se situer en centre-ville et constitue même un vrai luxe dans un dense tissu urbain : ils gardent les prés mais ne se contentent pas de leur simple étendue rustique. En multipliant leurs horizons dans un jeu subtil et raffiné portant essentiellement sur les différences de niveaux et les limites, ils créent un espace calme, élégant et néanmoins très simple et facile à entretenir : la place est occupée en son centre par des « près-haut », dont les bords en métal créent par leur ombre un effet de décollement. La nuit, cet effet de lévitation est accentué par le dispositif d’éclairage, des bandes lumineuses LED intégrés dans le sol en dessous des bords métalliques en surplomb. Posés par endroits sur ces bords, des bancs en Corian blanc invitent à s’asseoir et à contempler le mouvement des passants entre et à travers les fragments du tapis vert ou coloré quand, au printemps, fleurissent les crocus.

SAN SEBASTIÁN / Parc Cristina Enea

SAN SEBASTIÁN / Parc Cristina Enea

L’ancien parc Cristina-Enea, installé au XIXe siècle sur une colline dans une boucle du fleuve Urumea, sombrait à la fin du XXe siècle dans un état d’abandon, détruit par une forte érosion des sols due au climat très doux et pluvieux, enfoui sous une végétation boisée devenue trop dense et cachant la vue sur la ville. La topographie de ce parc, mal desservi par les chemins formait un obstacle aux passages nécessaires pour connecter le centre-ville historique au nord avec le nouveau quartier en plein développement au sud, de l’autre côté du fleuve. Agence Ter décide d’y installer un parcours piéton principal traversant et un autre s’enroulant autour de la colline et traversant le fleuve par un pont, pour garantir le passage vers le nouveau quartier même de nuit lorsque le parc est fermé. Ensuite, tout le travail consiste dans la mise en valeur du territoire: saisir ses qualités paysagères oubliées, définir ses espaces intimes, en activer certaines parties et en calmer d’autres, formuler en fin de compte un nouvel espace contemporain dans celui du parc historique. Les interventions se concentrent le long des chemins, tous reprofilés et flanqués d’une rigole pour l’eau de pluie, et créent un enchaînement de lieux révélateurs d’atmosphères ludiques et de panoramas paysagers. Une pelouse ouverte vers le ciel forme le centre du parc en hauteur, entourée d’un chemin rigoureusement ovale. Non seulement le parc est devenu perméable aux mouvements des habitants, mais la végétation remodelée permet dorénavant le passage de mille regards possibles sur la ville et ses collines.

DUBAI / Lyon Dubai City

DUBAI / Lyon Dubai City

Lyon Dubaï est une reproduction des qualités urbaines de Lyon et de son art de vivre dans un nouveau quartier de Dubaï. L’objectif est de créer une ville durable accueillante pour les piétons à toutes saisons. Pour ce faire, la création de l’Arabian Canal évoque la confluence entre le Rhône et la Soane pour permettre l’expérience de la grande ville tout en développant des expériences individuelles éclairées par la possibilité de promenades variées, des perceptions et des atmosphères urbaines. Un réseau d’espaces publics générateurs de microclimats est créé par de doubles alignements d’arbres, l’utilisation de couloirs d’air ou encore la disposition de modules d’ombrage en complément de l’implantation de nombreuses antennes d’institutions lyonnaises dont la vocation est de stimuler la programmation culturelle et économique de l’espace public.

ARCUEIL / Place de la Vache Noire

ARCUEIL / Place de la Vache Noire

Arcueil, commune en expansion économique de la proche banlieue sud de Paris, le lieu-dit de la Vache Noire est connu de tous les automobilistes comme point de repère et des piétons comme carrefour extrêmement dangereux. Situé en liaison directe avec un nouveau quartier de bureaux et de logements, ce carrefour est appelé à en devenir place et entrée de ville. Afin de démontrer sa présence, le lieu est habité de quarante deux métaséquoias formant le centre de la nouvelle place qui s’élève de plusieurs centimètres au dessus du giratoire. Un tapis de lauze rouges recouvre le sol, une allée en acier Corten enjambe les voies de circulation et rend le giratoire accessible aux piétons.
Les abords du centre commercial font l’objet d’un aménagement à même niveau pour faciliter la lisibilité et la sécurisation de l’espace. Plus qu’un espace de transit, le carrefour devient un espace public partagé. à l’automne, quand les feuilles de ces conifères caducs deviennent rouge cuivre, la place apparaît alors comme un élément hors du temps, un paysage cultivé au milieu des flux de la ville.