ESSEN / La mine de Zollverein

ESSEN / La mine de Zollverein

Le site comprenant les bâtiments de la mine de Zollverein ayant été classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2001, l’établissement public de développement (EGZ) reconnaît la nécessité d’élaborer un master plan pour ce lieu gigantesque en voie de reconversion en quartier culturel et d’affaires.
Les paysagistes de l’Agence Ter définissent un plan directeur des espaces libres. Ceux-ci révisent la nette séparation historique entre la mine et les quartiers d’habitation avoisinants, en installant un « ruban de développement » perméable, flexible et en mouvement autour du noyau central du site qui, lui, est stable, intouchable et comportant tous les monuments à conserver.
Pour permettre d’expérimenter ces terrains opposés à partir d’une interface, les paysagistes ceignent l’ensemble classé d’une promenade circulaire «Ringpromenad » fédérant vues, accès, lieux de rencontre et activités tout en employant un langage formel différent de celui du site historique.
Trois éléments sont réalisés par l’Agence Ter : le parking de l’entrée sud, la place des fêtes multifonctionnelle devant la laverie de houille, l’actuel musée de la Ruhr et le chemin installé sur une digue reliant le musée au parc Rückriem. Ces trois espaces libres témoignent de la nouvelle vocation du site : on se sent attiré par l’accès facile, l’étendue et la simplicité des détails, par la légèreté du contact et par une atmosphère ludique inconnue à l’époque.

ARCUEIL / Toit Terrasse du Centre Commercial

ARCUEIL / Toit Terrasse du Centre Commercial

À Arcueil, commune très urbanisée de la première couronne parisienne, les paysagistes de l’Agence Ter transforment la toiture du centre commercial de la Vache Noire en jardin public pour pallier au déficit d’espaces verts. Le ponton de ce navire de l’économie se voit donc muni d’un espace de détente, de libre expression et de surprises paysagères offrant des sensations contrastant avec les plaisirs du lèche-vitrine et de la consommation à l’intérieur.
En partie centrale s’étend une grande surface à gazon multi usages, accessible depuis les rues voisines : le « podium ». Un talus engazonné au nord, la « poupe », sert de glacis pour les logements adjacents. Un balcon au sud, la « proue », comprend un plan incliné traité en prairie fleurie évoluant avec les saisons et offrant un belvédère sur la rue. Les ventilations, installées dans des constructions à armature métallique hautes de 7,50 mètres, se transforment en sculptures « mouvementées », tantôt végétalisées, tantôt revêtues de verre vert sérigraphie, illuminées de l’intérieur. Ces sculptures, lucioles géantes, créent une sensualité surprenante dans ce site simple et élégant.

LES LILAS / Parc Lucie Aubrac

LES LILAS  / Parc Lucie Aubrac

L’entrée principale du jardin se fait par un parvis de merisiers prolongé d’une pelouse plantée de cerisiers. Une galerie en béton accueille des activités temporaires, au gré des ambitions des habitants et de la ville. Le toit de la galerie, animé de verrières colorées, installe sur le sol et les murs un surprenant jeu de lumières, selon la position du soleil. Se référant au parcellaire en lanières, le jardin est constitué d’une juxtaposition de bandes, certaines plus longues, d’autres plus larges. Au centre, on accède à une grande pelouse par plusieurs passages entre les bâtiments. Aux plaisirs du paysage s’ajoutent ici ceux de la parole, car du fond des anciens puits, des poèmes sont diffusés et des mots phosphorescents transforment la nuit, le jardin en champ d’écriture.