RAVENNA / Parco Marittimo

RAVENNA / Parco Marittimo

Le littoral de Ravenna s’étend sur une longueur de 35 km et il est caractérisé par un paysage hétérogène et très riche, marqué par des zones artificialisées et des espaces de nature : les confluences des fleuves, les espaces dunaires et les pinèdes historiques. Le projet vise à réunifier le littoral dans un grand Parc Maritime qui s’étend du nord au sud et au territoire “arrière » des zones humides et du paysage agricole.

Quatre actions majeures guident le projet :

– Révéler les paysages d’eau : les zones humides de l’arrière littoral, d’une valeur paysagère remarquable, mais aujourd’hui peu considérées, sont reliées au littoral par des parcours traversant les pinèdes.

– Recoudre la symbiose entre la pinède et les dunes sablonneuses, régénérant ponctuellement le paysage naturel du littoral.

– Amplifier le potentiel des quelques lieux spécifiques s’adressant sur la mer : les places sur la mer, les confluences des canaux, les parcs urbains.

– Promouvoir un tourisme lent, durable et intéressé à la nature, complémentaire au tourisme saisonnier de plage.

SHANGHAI / Parc Expo

SHANGHAI / Parc Expo

Sept ans après l’exposition universelle de 2010, il s’agit de transformer le parc des expositions en un immense poumon vert sur les bords du fleuve Huang Pu: Le Parc des 7 Forêts.

Combiner les strates du temps pour créer un parc du 21e siècle 
La structure du parc reprend les éléments forts du paysage historique, les amplifie, les réinterprète et les assemble pour créer une nouvelle géographie :
–              Les anciens canaux sont évoqués par un système de parcs humides et de lacs écologiques (20 ha d’étendues d’eau)
–              Les sols pollués et bétonnés des grandes industries sont récupérés, traités et confinés pour créer un relief vallonné et une colline de 40m de haut (70% de sols désimperméabilisés)
–              4 pavillons de l’exposition universelle sont conservés et réintégrés à la programmation culturelle, artistique et scientifique du parc
–              Une nouvelle forêt de 25 000 arbres est plantée et occupe 90% du parc
Entre passé présent et futur, le parc est une machine vivante qui prône le processus de transformation et de recyclage. Nous avons l’ambition d’en faire un espace partagé et évolutif qui représente notre époque et s’inscrit dans le rythme extrêmement rapide d’évolution de la ville de Shanghai.

Le parc des 7 forêts, une réserve naturelle et purificatrice en pleine ville
L’eau, les sols renaturés, le relief et la forêt composent ensemble un écosystème résilient et évolutif. Perçue de l’extérieure comme un paysage homogène, la forêt se décline en 7 ambiances différenciées et aux couleurs variables au fil des saisons : canopée urbaine, forêt enchantée, bois clair, forêt humide, forêt fleurie et colorée, clairières musicales, bosquets chromatiques.

Le parc de toutes les dimensions
Par ailleurs, le parc accueille trois nouvelles destinations métropolitaines et touristiques : l’Opera de Shanghai et un nouveau quartier culturel, un jardin botanique abritant l’une des plus grandes serres du monde et la colline sanctuaire pour la faune et la flore, un musée de l’écologie à ciel ouvert. La forêt et les lacs offrent en complément une multitude d’espaces de détente et de loisirs pour les habitants de Shanghai : balcons ombragés sur le parc, grande prairie événementielle, marché aux fleurs, festival de jardins, parcours sportifs et pédagogiques dans la forêt, aire de jeu etc.

SAINT-LOUIS / Le Gol

SAINT-LOUIS / Le Gol

Le périmètre ANRU du quartier du Gol s’étend de la ravine du Gol à la ravine Papaye et des champs de canne au Nord jusqu’à la RN1.
Trois éléments majeurs de territoire vont permettre la construction du futur projet:
– les ravines: marqueurs du paysage et vecteurs de développement;
– la topographie: aujourd’hui mal appréhendées les logiques est-ouest doivent devenir support du dessin du projet;
– les polarités existantes et futures qu’elles soient culturelles, scolaires, cultuelles, sportives, commerciales ou historiques doivent être réintégrées et révélées par le nouveau projet.

L’AVENUE PASTEUR ET SES PLACES
L’avenue Pasteur reprend sa place de colonne vertébrale du quartier. Elle trouve un début et une fin et est articulée autour de 5 places structurantes.
LA GRANDE LISIÈRE
Nouvelle limite à l’urbanisation se déroulant du Nord au Sud, jouant habilement entre mise à distance et mise en valeur de l’Usine se colorie au contact des secteurs qu’elle touche.
LES TRAVERSES
La réorganisation des cheminements au sein du quartier permet de connecter les lieux d’intérêt et sécuriser les parcours des habitants.

Cette nouvelle figure permet de penser toutes les échelles du projet et  parcourir toutes les thématiques du projet: du local au territoriale et du paysage à l’urbain.

STRASBOURG / Territoire deux Rives

STRASBOURG / Territoire deux Rives

Le projet des Deux-Rives est l’aboutissement d’une politique ambitieuse de Strasbourg de reconquête des espaces du port. Initié à partir des secteurs Heyritz, Malraux et Danube, cette dynamique est amplifiée par le prolongement de la ligne D du tramway jusqu’à Kehl. Façade de la ville sur l’eau et nouvelle porte de la métropole sur le Rhin, Strasbourg entame ici un projet d’une dimension exceptionnelle.

Le projet se développe autour de trois axes structurants.

Il s’agit tout d’abord d’installer les conditions de coexistence de la ville et du port. L’émergence de cette ville hybride où logements et activités ne s’excluent pas passe par l’intégration urbaine des infrastructures, le traitement des interfaces par le végétal et la programmation des espaces de rez-de-chaussée.

Le projet s’attache ensuite à développer une stratégie urbaine fondée sur le socle paysager préexistant. Le territoire du Rhin est structuré par l’eau déclinée sous toutes ses formes. Un ensemble de canaux, de darses et de bassins orientent l’urbanisation. Les espaces publics se déploient autour des rives confortées dans leur rôle de connecteurs urbains structurants. Ces rives sont l’occasion d’installer un maillage végétal continu à l’échelle de la métropole et  d’assurer le déploiement d’un réseau de mobilité douce ambitieux.

Enfin, le projet de la ZAC Deux-Rives témoigne d’un nouveau mode d’habiter et de pratiquer l’espace public. Une large place est laissée à l’appropriation des espaces libres, la pratique sportive est encouragée par les équipements à disposition. Au-delà, c’est l’émergence d’un nouveau type d’espace public, à la fois sauvage, extensif, et dédié au fleuve qui est ici expérimenté au bénéfice des habitants.

CAMPINAS / Glebe Sede Bradina Farm

CAMPINAS / Glebe Sede Brandina farm project

AULNAY / PSA

AULNAY / PSA développement urbain

Le site PSA fonctionne aujourd’hui comme une entité fermée et autonome de 180 hectares et constitue l’emprise foncière mutable la plus vaste du quart Nord Est de la métropole. Un des enjeux principaux du renouvellement du site sera de l’ouvrir pour établir de réelles synergies avec les entités avoisinantes. L’emprise PSA est bordée de tous côtés par des axes routiers extrêmement fréquentés. Une réflexion approfondie sur la forme urbaine et la programmation a été menée pour chacune de ses trois franges. Le projet formule des réponses urbaines et programmatiques innovantes pour faire face à la diversité et la complexité du territoire.

Le projet urbain répond à ces nouvelles exigences de souplesse, de transversalité et d’hyperconnectivité. Au-delà de la recomposition de l’espace, c’est aussi l’amélioration de la qualité urbaine du territoire qui est en jeu. Affranchi de son caractère insulaire et capable d’accueillir une diversité d’activités, le site devient un espace urbain à part entière. Le projet doit également se rendre flexible sur le long terme afin de laisser le champ libre à toutes les opportunités de développement. Pour répondre à ces ambitions, le projet crée un espace souple, hybride et résilient. Ses lignes directrices sont dessinées par des entités structurantes mais non contraignantes: le Parc Linéaire faisant une bande avec les parcs du Sausset et de Robert Ballanger ; la trame de mobilité intégrant tous les échanges entre Aulnay, Gonesses et l’Ouest Parisien ; et les hubs limitrophes accueillant transport en téléphérique. Ces éléments composent la structure fixe du projet et garantissent sa cohérence sur le long terme.

ARGENTEUIL / Plaine agricole

ARGENTEUIL / Plaine agricole

La plaine d’Argenteuil, ce sont 120 hectares d’espaces naturels situés au pied des Buttes-du-Parisis, en plein cœur de la ville dense. C’est aujourd’hui un espace morcelé et soumis à de fortes pressions inhérentes à la proximité de la ville (occupation illégale, usages détournés, pression foncière, etc). Elle doit être recomposée pour former une entité globale et pouvoir constituer un espace paysager ouvert inédit dans le paysage de la proche couronne parisienne.

La réalisation de cette étude a eu pour objectif la mise en place d’un schéma stratégique et d’aménagement agricole et paysager.
A l’échelle de la boucle d’Argenteuil, des buttes du Parisis ou encore de la ville, il parait évident que la Plaine offre de multiples possibilités de valorisation du point de vue économique, agricole, paysager, patrimonial, culturel et social.
Constituée de différentes entités distinctes et d’interfaces multiples, la plaine est un objet complexe dont il faut inventer les contours. Il nous est ainsi apparu indispensable de nous appuyer sur les traces encore existantes (anciennes familles d’agriculteurs argenteuillais, parcellaire, réseau viaire, arbres, etc) pour réinventer ce paysage et proposer une recomposition de l’espace de la Plaine à partir de l’existant et selon une logique d’opportunités au fur et à mesure de la libération des parcelles.

Dans un contexte foncier complexe et avec une situation économique tendue, l’Agence Ter et son groupement ont donc travaillé sur un scénario d’aménagement consistant à amorcer une économie agricole viable sur la plaine grâce à différents scénarios tout en sécurisant progressivement le foncier et en activant au fur et à mesure des lieux fédérateurs ouverts au public argenteuillais et franciliens.
L’objectif de ce schéma étant, in fine, de parvenir à trouver pour la plaine d’Argenteuil un équilibre entre une vocation récréative, économique et naturelle et lui donner un véritable statut d’espace agricole urbain.

RENNES / Euro Rennes

RENNES / Euro Rennes

Séparée par les voies ferrées et par un dénivelé important, Rennes Métropole a lancé un concours pour créer une continuité entre les parties nord et sud de la ville. Le parti pris de l’équipe est de ne pas considérer cette gare comme un simple lieu fonctionnel mais comme un espace public: la gare devient un support fédérateur des deux rives.
La greffe urbaine se fait par un bâtiment-pont support d’un véritable paysage construit dont la thématique paysagère évoque la lande.

CARRIÈRES-SOUS-POISSY / Le parc du peuple de l’herbe

CARRIÈRES-SOUS-POISSY / Le parc du peuple de l'herbe

Situé aux confins du méandre de la boucle de Chanteloup, le parc du Peuple de l’Herbe est marqué par la proximité de la Seine mais aussi par celle de la ville et des activités qui l’’inscrivent entre terre et eau, entre ville et fleuve.
Cherchant à réinventer le concept de parc écologique, l’ambition de l’Agence Ter a été de proposer un parc hybride combinant les qualités d’un parc paysager contemporain situé en frange urbaine et ceux d’un grand espace écologique.
Le parc se décompose ainsi en trois “écorces” distinctes: la bande active traitant la transition entre le parc et la ville; l’espace naturel, véritable espace ouvert constitué de grandes friches et de mares temporaires; les points de contact aux fleuves et aux étangs avec en particulier la grève alluviale, dispositif permettant au public de descendre au fleuve grâce à un travail de remodelage des berges.. Le projet intègre tous les atouts actuels et continuera à améliorer le milieu écologique grâce à sa stratégie de gestion.

BORDEAUX / Campus TPG

BORDEAUX / Campus TPG

Afin d’assurer le développement optimisé et équilibré du Campus TPG (235ha) et son intégration à la Ville, sans dissoudre son identité, l’Université de Bordeaux et ses partenaires ont engagé un marché visant à définir le contenu et la stratégie de transformation du site dans un délai de 10 à 15 ans.

L’ambition du projet d’aménagement et de développement du domaine universitaire est de repenser le campus autour du tramway pour en faire un domaine habité, pratiqué, à la fois accessible et protégé. L’enjeu est de lui donner une meilleure image et un fonctionnement optimal dans une optique désormais plus qualitative : liaison entre le campus et son environnement, amélioration de la structure interne du campus, diversification fonctionnelle et déplacements maîtrisés.

L’Agence Ter propose ici un vaste parc central, porteur de l’idée de campus. Ce parc est constitué par les différents espaces verts existants, aujourd’hui disparates, qu’il convient de restructurer et de gérer comme un seul grand parc métropolitain d’environ 40 hectares.