PENGZHOU / Jianjiang Vallée

PENGZHOU / Jianjiang Vallée

Notre projet pour le plan guide de la vallée de Jianjiang se compose de trois grandes parties :
–              la réorganisation des mobilités au sein de la vallée,
–              une stratégie urbaine et de préservation des zones naturelles,
–              la création des 7 projets emblématiques.

La vallée ne se lit non pas seulement par ses deux versants mais aussi sur ces trois strates. Le lit du fleuve en constitue la première, les mi-pentes la seconde et la crête, élément remarquable, la troisième. Des architectures différentes sont associées à chaque strate.

La vallée est composée de 6 villages majeurs et 3 villages périphériques. Notre problématique était: comment densifier cette vallée pour lui apporter tous les services dont elle a besoin sans la détériorer? Notre projet crée une boucle de 7 villages en synergie.

Le renforcement de chaque village passe par:
–              la densification du tissu urbain existant, en s’installant dans les dents creuses et les bords ;
–              l’installation d’écotone, zone de transition entre l’urbain et le rural, où sont mis en place un système d’énergies renouvelables ;
–              la préservation des zones fertiles, lieu d’importance pour la biodiversité et le renforcement du caractère agricole de la vallée.

BEIJING / Axe Sud

BEIJING / Axe Sud

Le concours « imaginer le prolongement sud de l’axe central de Pékin » organisé par le Bureau des Territoires de Pékin, la mairie de Fengtai et la mairie de Dongcheng vise à définir une stratégie d’aménagement pour le sud de la capitale en respectant son système axial original. L’axe central de Pékin, vieux de 800 ans a historiquement guidé le développement de la ville. Ces dernières décennies, la croissance urbaine a fait sortir la ville de ses limites historiques, au-delà de l’axe établi. Le prolongement de l’axe a plusieurs grands objectifs. Il doit organiser un développement urbain raisonné jusqu’au nouvel aéroport international sud, poser les bases d’un nouvel urbanisme écologique en vue de tendre vers une nouvelle civilisation écologique et proposer une intégration de la partie historique de l’axe dans le développement moderne de la métropole pour la constitution du dossier d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. La proposition de l’équipe s’est formulée autour de la redéfinition de l’axe comme un espace public modulable, un axe de lecture de la culture locale et une succession de portes et de places structurante pour les nouveaux quartiers. Au sud, le projet propose de marquer une nouvelle limite urbaine entre ville dense et ville périphérique par la création d’une nouvelle porte d’entrée dans la capitale. Ce nouveau seuil est marqué par un parc de 900 ha qui propose une mise en scène de la nature et de la ville. Le dessin de la nouvelle ville s’appuie sur les traces historiques locales, le grand parc impérial (Nanyuan) et sa route d’accès originelle.

SHANGHAI / Parc de la Cimenterie

SHANGHAI / Parc de la Cimenterie

Le parc de la Cimenterie dessine un nouvel horizon sur la berge du fleuve en réaménageant les terrains d’une ancienne cimenterie de 12 ha environ. Ce parc appartient à la vaste opération de transformation des anciennes berges industrielles de Pudong en une continuité piétonne, sportive et cyclable de 22 km d’espaces publics et de parcs ouverts sur le fleuve Huangpu.
Côté ville, la terre se soulève pour créer une large colline linéaire. La pente douce invite les habitants des futurs quartiers à prendre de la hauteur sur le fleuve et offre un large espace forestier côté boulevard. A son point le plus haut, la colline tombe en falaise face au fleuve. Profitant de cette cassure, une promenade panoramique, en haut de la falaise permet de contempler les paysages du Huangpu et d’apprécier la berge d’en face sous un nouveau regard. Sous la falaise, des équipements et restaurants sont encastrés animant et mettant en scène la promenade qui les relie. Deux affaissements dans la falaise permettent d’y intégrer une grande aire de jeux pour enfants et un amphithéâtre avec vue sur le parc. Côté fleuve, au-delà de la falaise, une grande promenade efface la présence du mur anti-crue et offre de nouveaux panoramas sur les rives. Elle s’en rapproche et s’en écarte laissant place à de larges espaces plantés d’où des paysages de parc naturel ressortent. Au cœur du parc, une grande place ouverte traverse la colline reliant au même niveau les quartiers et les rives du fleuve. Elle accueille une halle de marché et espaces de concerts pour faire de ce lieu une référence pour l’organisation d’événements musicaux. La place est prolongée jusqu’aux rives par une large pelouse pouvant accueillir des festivités de plein air. Depuis cette pelouse, un large panorama s’ouvre sur la rive d’en face faisant de ce parc l’endroit parfait pour apprécier un coucher de soleil en musique.

SHANGHAI / The Magic Box

SHANGHAI / The Magic Box

Le projet situé à Shanghai au bord du Huang Pu a pour objectif la requalification de 24 km de berge jalonné par 24 phares signalisant la présence du fleuve. La réconciliation de l’échelle métropolitaine à celle de l’individu s’incarne par la mise en place de deux scènes programmables.

La scène haute, qualifiée de nuage ou de lanterne, située entre 15 et 18 m de haut rythme la lisibilité de l’ensemble des totems le long du fleuve à la manière des light boat. Cette apparition est matérialisée par une structure tridimensionnelle composée de tubes métalliques combinés d’un système d’éclairage projetant des faisceaux lumineux programmable suivant le moment.

La scène basse correspond à un enjeu local grâce à l’intégration de programmes invitant les habitants à utiliser l’espace public. Un amphithéâtre, un restaurant, une expérience artistique, un mur d’escalade, sont autant de surprises mise en scène par un volume de 6 x 6 x 10 m de haut suspendu au-dessus du sol.
Les quatre phares développés à l’agence sont conçus en structure métallique, ayant comme constance la forme et la partie haute. La matérialité du volume suspendu évolue suivant le programme et le lieu.

La scène de l’amphithéâtre est abritée par un volume en corten en référence au vocabulaire naval.
Le restaurant prend sa place sous un volume fait de tôle en cuivre s’oxydant au rythme du temps.
Les passants peuvent s’allonger sur des chaises longues et contempler l’intérieur d’un volume en verre réfléchissant, véritable mise en abîme.
Le mur d’escalade se défini comme une sculpture logée au sein d’un volume réalisé en résille métallique.

SHANGHAI / Place des Ferrys

SHANGHAI / Place des Ferrys

Le projet de la Place des Ferrys redessine un tronçon de 500m des berges du Huangpu côté Puddong. Il s’inscrit dans le cadre du vaste réaménagement de 22km d’anciennes rives industrielles et de l’établissement d’une continuité piétonne, sportive et cyclable, d’espaces publics et de parcs ouverts sur le fleuve.
L’aménagement de l’espace au travers de la création d’une place, d’un parc et de passerelles répond au besoin d’associer le fonctionnement de plusieurs équipements de transports en commun et des bâtiments existants avec la volonté de rendre les berges accessibles au public.
Aujourd’hui simple couloir de passage, la station de ferrys change de statut par la création d’une place dédiée. Les commerces et les espaces verts invitent à la pause et offrent services, ombre et lieux de repos durant l’attente des bateaux.  La place est ouverte sur un nouveau parc qui articule des terrains de sports, une maison de repos médicalisée et une nouvelle gare de bus. La couverture de cette dernière autorise la création d’un parc sur plusieurs niveaux qui ouvre de nouveaux panoramas sur les paysages du fleuve. Une promenade piétonne surélevée longe le bord du fleuve et autorise la conservation des fonctions portuaires existantes. Deux pistes sportives surélevées slaloment en retrait et desservent les équipements et le parc. La séparation des flux (piétons, sportifs et usagers des transports en communs) autorise la création d’un parc calme face  à la maison de repos médicalisée.
Le projet de la Place des Ferrys change le visage de la berge pour en faire un lieu où le quotidien des habitants peut prendre place au bord du fleuve.

SHANGHAI / Dongchang Nord

SHANGHAI / Dongchang Nord

Le projet de Dongchang nord concerne le réaménagement d’un tronçon de 1,4 km des berges du Huangpu. Il s’inscrit dans le cadre du vaste réaménagement de 22 km des anciennes rives industrielles de Puddong par l’établissement d’une continuité piétonne, sportive et cyclable et la création de nouveaux espaces publics et parcs ouverts sur le fleuve.
Le parc existant sur la berge du quartier de Dongchang nécessitait d’être repris pour accueillir le passage de la grande promenade piétonne, de la piste de jogging et de la piste cyclable. Ce réaménagement était l’occasion de repenser les pratiques et d’adapter la berge aux usages contemporains des habitants. Le projet est basé sur l’amplification des qualités de l’existant. Dans ce sens, le dessin du quai a était simplifié, les matériaux rendus plus durables et les pratiques de glisse facilitées. Une grande promenade pensée pour la déambulation familiale offre à tout moment l’occasion de s’asseoir et de profiter de ce grand espace ouvert sur le fleuve. En parallèle une succession de pelouses et de terrasses en bois invite à s’installer au bord de l’eau comme sur une plage verte. Le quai est volontairement un espace grand, simple et ouvert qui laisse toute sa part à l’appréciation des paysages du fleuve. En contraste, le bosquet en retrait est un espace plus confiné et chargé d’ambiance. La canopée abrite de petits salons d’extérieurs, véritables extensions des appartements du quartier pour accueillir les activités journalières des habitants. L’ombre et la fraîcheur fournie par les arbres est propice aux pratiques sportives. Un terrain de basket supplémentaire y a été installé et les pistes sportives serpentent entre les troncs, ponctuées de quelques fenêtres sur le Huangpu. Les strates végétales basses ont été retirées pour ouvrir les vues et laisser passer la lumière. Au coucher du soleil, c’est un spectacle d’ombres chinoises que la lumière du fleuve nous donne en contraste avec l’obscurité du bosquet et ses feuillages.

SHANGHAI / Lujiazui

SHANGHAI / Lujiazui

Dans le cadre de l’aménagement en espace publics des 21km de rive droite du Huangpu, dont l’Agence Ter est Assistant à Maîtrise d’Ouvrage, l’agence a été nommée lauréat du concours pour le réaménagement des espaces publics de Lujiazui. A la suite de ce concours, il lui a été proposé d’assurer la maîtrise d’œuvre de 2,5km de berge au pied de la très symbolique tour de télévision «Perle de l’Orient» dans le quartier financier et commercial de Lujiazui. Il s’agit de transformer les berges actuelles, discontinues et peu accessibles, en un espace public d’envergure métropolitaine capable d’assoir le quartier au bord du fleuve et de tirer parti d’une vue exceptionnelle sur le Bund historique. A travers 5 grands principes, le projet propose de changer le rapport que la ville entretien avec son fleuve :
– Accessibilité : prolonger les avenues jusqu’à la berge, y ouvrir des places et multiplier les points d’accès à la berge ;
– Ouverture : ouvrir de nouvelles perspectives sur les paysages du fleuve, donner une nouvelle échelle végétale à la berge ;
– Nature : créer le nouveau Bund de Shanghai, à l’image de son siècle, écologique et attentif à la qualité des espaces naturels, par la création de jardins inondables et de nouveaux écosystèmes ;
– Usages : Prolonger les usages de la ville sur la berge et permettre le développement d’un nouveau mode de vie au bord de l’eau, par la création de nombreux espaces libres, pelouses ou places ;
– Continuité : Assurer la continuité de la berge à travers la création d’une piste piétonne de découverte, d’une piste de jogging et d’une piste cyclable, en continuité avec les 21 km de la rive droite de Pudong.

SHANGHAI / Parc Expo

SHANGHAI / Parc Expo

Sept ans après l’exposition universelle de 2010, il s’agit de transformer le parc des expositions en un immense poumon vert sur les bords du fleuve Huang Pu: Le Parc des 7 Forêts.

Combiner les strates du temps pour créer un parc du 21e siècle 
La structure du parc reprend les éléments forts du paysage historique, les amplifie, les réinterprète et les assemble pour créer une nouvelle géographie :
–              Les anciens canaux sont évoqués par un système de parcs humides et de lacs écologiques (20 ha d’étendues d’eau)
–              Les sols pollués et bétonnés des grandes industries sont récupérés, traités et confinés pour créer un relief vallonné et une colline de 40m de haut (70% de sols désimperméabilisés)
–              4 pavillons de l’exposition universelle sont conservés et réintégrés à la programmation culturelle, artistique et scientifique du parc
–              Une nouvelle forêt de 25 000 arbres est plantée et occupe 90% du parc
Entre passé présent et futur, le parc est une machine vivante qui prône le processus de transformation et de recyclage. Nous avons l’ambition d’en faire un espace partagé et évolutif qui représente notre époque et s’inscrit dans le rythme extrêmement rapide d’évolution de la ville de Shanghai.

Le parc des 7 forêts, une réserve naturelle et purificatrice en pleine ville
L’eau, les sols renaturés, le relief et la forêt composent ensemble un écosystème résilient et évolutif. Perçue de l’extérieure comme un paysage homogène, la forêt se décline en 7 ambiances différenciées et aux couleurs variables au fil des saisons : canopée urbaine, forêt enchantée, bois clair, forêt humide, forêt fleurie et colorée, clairières musicales, bosquets chromatiques.

Le parc de toutes les dimensions
Par ailleurs, le parc accueille trois nouvelles destinations métropolitaines et touristiques : l’Opera de Shanghai et un nouveau quartier culturel, un jardin botanique abritant l’une des plus grandes serres du monde et la colline sanctuaire pour la faune et la flore, un musée de l’écologie à ciel ouvert. La forêt et les lacs offrent en complément une multitude d’espaces de détente et de loisirs pour les habitants de Shanghai : balcons ombragés sur le parc, grande prairie événementielle, marché aux fleurs, festival de jardins, parcours sportifs et pédagogiques dans la forêt, aire de jeu etc.

SHANGHAI / Pudong Berge Est

SHANGHAI / Pudong Berge Est

La municipalité de Shanghai a engagé un vaste processus de réaménagement de la rive droite du Huangpu sur une longueur de 21 kilomètres. Au cœur de l’agglomération, ce projet vise à favoriser un art de vivre au bord du fleuve jusqu’ici peu développé ou fortement industrialisé, à donner une visibilité et une identité forte à cet espace de cette métropolite-monde en en impulsant des usages variés et permanents sur l’ensemble du linéaire de berge. Dans cette optique, le projet redéfini l’espace de la berge comme une interface vivante entre les quartiers et le fleuve, une épaisseur nouvelle qui articule modes doux, écologie, espaces publics, activités et économie. La continuité est assurée par un triptyque d’espaces permettant de définir différents flux et usages thématiques (grande promenade, chemin de découverte, piste sportive). Chacun de ces espaces est accompagné d’équipements thématiques permettant d’intensifier et d’activer la berge en favorisant de nouvelles activités au bord de l’eau. La berge est ici définie comme un espace de vie quotidienne autant diurne que nocturne mais également comme le support organisé des festivités locales et nationales.

 

Au centre de la réflexion, la «Grande promenade» devient un lieu de divagation pour les piétons, proposant de nombreuses animations temporaires ou permanentes (food truck, prairies ludiques…). La «Piste sportive» est principalement destinée aux cyclistes, aux sports de glisse urbaine et aux joggeurs.  Elle est ponctuée d’infrastructures sportives (tables de ping-pong,  parcours de santé…) ce qui assure des usages à la fois ancrés et en mouvement. Enfin, le «Chemin de découverte» permet de profiter des qualités historiques rendues possibles par des vues sur le grand paysage métropolitain, tout en favorisant des activités pédagogiques liées à la biodiversité, à la protection de la faune et de la flore.

 

Pour chacun de ces aménagements, des partis pris forts sont proposés afin d’assurer un traitement paysager de qualité, notamment par une mise en scène de grands espaces ouverts sur le fleuve et sa skyline. Les aménagements sont pensés dans un souci de continuité linéaire (21 phares implantés tous les kilomètres). Cette continuité est consolidée par la création d’un bornage repère (tours en bois implantées tous les kilomètres). Le projet renforce la présence de la nature en cœur de ville en s’appuyant sur les dynamiques naturelles du fleuve. Il  favorise l’accessibilité à la berge en articulant les différents moyens de transport par la création de hubs urbains au niveau des ferrys (aménagement de ports, création d’un transport par câble, correspondances tram, métro…). L’aménagement de la rive droite du Huangpu pose les bases d’un espace public connecté pour la métropole, à  travers un système de bornage continu relié à une application smartphone. Shanghai trouve dans ce projet une «waterline» reflet de sa symbolique «skyline» et un nouvel espace public support d’expression des modes de vies locaux.

WUHAN / Jardin

WUHAN / Jardin

Les symboliques de la culture chinoise et française se rencontrent pour créer un jardin contemporain en creux, un espace qui autorise la double expérience de la compréhension intellectuelle et culturelle tout en stimulant les sens et les émotions.

Le cœur du jardin est encaissé entre trois et quatre mètres de profondeur pour symboliser la recherche d’eau pure dans les entrailles de la terre. Les murs de gabions, liés par des briques grises en couche évoquent la stratification géologique. Cette action d’excavation, de descendre dans le sol génère aussi une verticalité tel que le lien entre la terre et le ciel encadré de l’intérieur. Le jardin, loin du bruit de fond de la ville, fermé mais calme, comme les traditionnelles cours de jardin chinois, avec l’ombre des murs et des plantations, crée un microclimat très agréable pour les étés arides de Wuhan.

Le mur de bambous translucides, puis les denses plantations de bambous créent un lieu où se balancent les ombres, un endroit labyrinthique sillonné par des sentiers de métal et de pierre en « pas japonais » qui invitent à la lenteur. Trois différents « puits de lumière » mettent en scène l’eau sous diverses formes : statiques et dynamiques. Structures tissées de bambou, ils renforcent le lien entre le ciel et la terre.

La faible lumière, le bambou et l’eau se combinent pour créer une atmosphère particulière dans le jardin en contrebas.