Sophia Antipolis qui a incarné le rêve urbain de travailler dans la nature doit aujourd’hui se renouveler et proposer une véritable ville-nature: cela impose de penser autrement en imaginant de nouveaux modes d’échanges, de relations, de mixité programmatique, de vie urbaine et un nouveau regard sur l’espace naturel.

Les propositions émises par l’Agence TER cherchent à répondre à l’aspect labyrinthique des lieux, fruits de l’évolution erratique récente, prônant pour y répondre un réseau de circulations douces améliorant la perception du territoire. L’objectif de durabilité implique aussi de composer avec le capital nature mais aussi l’attractivité culturelle et les formes urbaines. Ces enjeux s’avèrent cruciaux à l’heure des réflexions sur le développement de nouveaux pôles au sein de la technopole.

A l’issu de cette étude, un schéma directeur définit une nouvelle organisation conjuguant ces préoccupations pour donner à la technopole les clés d’une refonte et d’un développement exemplaire.

Cette étude a donc eu pour but de constituer une « charte du capital nature », ouvrage de référence destiné à être communiqué aux élus, aux aménageurs et aux différents services publics en charge des espaces publics et forestiers de Sophia. Cette charte met l’accent sur le rôle structurant des grands éléments du paysage que sont les vallées et buttes Sophipolitaines aujourd’hui sous considérées et menacées à terme par l’expansion de la technopole.

  • Programme / Projet : ANTIBES / Sophia Antipolis
  • Maîtrise d'oeuvre : Agence Ter (mandataire) + INDDIGO
  • Surface : 1350 ha
  • Calendrier : 2011 - 2014
  • Lieu : Antibes, France
+

ANTIBES / Sophia Antipolis