Le site est vaste (300 km2) et il s’agit de créer une stratégie territoriale à l’échelle régionale, d’autant plus exigeante que ce territoire, composé d’une mosaïque d’espaces urbains, agricoles, naturels et industriels, partage ses frontières entre l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Afin de favoriser l’émergence d’une identité tri-nationale, l’équipe dirigée par l’Agence Ter choisit de mettre en communication les espaces fragmentés, plutôt que de les homogénéiser. Elle étudie les strates escamotées du territoire et découvre une couche de charbon souterraine qui parcourt les trois pays et forme un champ signifiant partagé par leurs populations. La couche géologique devient alors un facteur de paysage capable de déclencher le développement d’une métropole régionale franchissant les frontières administratives entre les trois pays. L’équipe cherche alors à relier urbanisme et nature postindustrielles afin de créer, en alternative à la conurbation dense, une métropole verte. Pour répondre à la complexité du paysage hybride, l’équipe propose deux axes structurants : la route métropolitaine qui devient l’épine dorsale du projet territorial et relie les noyaux urbains et les pôles de développement déjà actifs, puis une route verte qui longe et relie les cours d’eau aux parcs naturels et zones écologiques, tout en intégrant les équipements sportifs et de loisirs.

  • Programme / Projet : AIX-LA-CHAPELLE–LIMBOURG / La métropole verte
  • Client : Eurorégionale Agentur 2008
  • Maîtrise d'oeuvre : Agence Ter (mandataire) + Alex Wall et Erik Behrens + Stephen Craig
  • Surface : 30 000 ha
  • Calendrier : 2002-2003
  • Lieu : Aix-la-Chapelle–Limbourg, Allemagne/Belgique/Pays-Bas
+

AIX-LA-CHAPELLE–LIMBOURG / La métropole verte