DIEPENBEEK / Aménagement d’un campus en zone inondable

La situation stratégique du campus entre Hasselt, Genk et Diepenbeek, dans la vallée inondable du Demer, nécessite une nouvelle armature emblématique qui se développe à différentes échelles et autour des thèmes du paysage, de l’eau, de l’espace public et des transports doux. Un axe central urbain organise l’expansion du campus. Ce « parkway », composé essentiellement d’espaces publics, est à la fois un élément connecteur et collecteur qui tisse des liens entre les différents espaces. Cette structure centrale devient la colonne vertébrale du campus. Elle accueille la vie universitaire, professionnelle, culturelle et sociale du campus de Diepenbeek. La stratégie spatiale pour l’expansion du campus s’inspire des paysages propres du site : les forêts et les étangs le long du Miezerikbeek, les prairies de la vallée du Demer et les chambres et digues du paysage agricole central. Une variété de typologies et de principes d’implantation des nouveaux bâtiments est créée pour renforcer ces paysages. La première expansion du campus aura lieu dans le paysage des chambres agricoles et digues plantées, où l’axe central sera densifié et deviendra le support d’activités.

Ile-de-France / « Grand Paris – Pour une métropole durable »

La consultation internationale « Le Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » engagée par l’État et les collectivités en 2008-2009 avait « pour ambition de réunir les éléments de connaissances et les propositions stratégiques d’aménagement conduisant à l’élaboration collective d’un diagnostic prospectif urbanistique et paysager sur le Grand Paris à l’horizon de vingt, trente voire quarante ans ». Elle a interrogé le fonctionnement de la métropole et révélé des enjeux, des potentialités et des propositions à l’échelle de l’Ile-de-France et au-delà. Elle a permis de tracer des pistes, de définir un canevas, d’esquisser des scénarios pour la métropole post-Kyoto. Le contexte actuel, les concrétisations aujourd’hui à l’œuvre modifient la donne et nécessitent d’instruire à nouveau le débat et de tracer de nouvelles perspectives.

L’Agence Ter et Ana Coello sont lauréats du concours lancé par la ville de Barcelone pour transformer la Place des Gloires catalanes.

Connu comme nœud routier d’entrée et de sortie de la métropole, à l’articulation entre le système urbain de de l’Eixample et le futur axe vert qui reliera les parcs de Trinitat, Sagrera et Ciutadella, l’Agence Ter et l’agence Ana Coello de Llobet imaginent un nouvel écosystème et proposent comme une place-parc d’où se déploie une généreuse canopée.
Le projet de Canòpia Urbana est une stratégie qui vise trois objectifs principaux:
– Inventer un eco-système urbain qui hybride ville et nature. La volonté est de mettre dans une relation synergique, le sous-sol, le sol de la ville et les horizons métropolitains pour offrir un espace capable de remplir dans un même espace les fonctions dédiées à une place et celles dédiées à un parc.
– Restaurer les échanges naturels entre ciel et sous-sol, en déminéralisant et en fertilisant la surface actuelle largement imperméable et stérile.
– Mettre en place une canopée végétale articulant les axes verts et civiques de l’est de Barcelone (Sagrera-ciutadella, Carretera de ribes-Clot, Rec comtal et diagonal). Ample, elle agit comme un puissant connecteur écologique et régulateur climatique.

Voir le projet sur le site